Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Sédiments_Avant-Garde_© - Page 5

  • "Si l'on veut"


    crédit photo : moi même

    Des fois, vous êtes tout pour quelqu'un, puis soudain, plus rien. C'est la vie qui est comme ça. Les sentiments légers comme les fumées d'un thé suivent le vent, un rien les contrarie, les dissout... Ils disparaissent, tournent la tête, s'évanouissent.

    La liberté se passe de nos sentiments. Elle exige une fidélité constante, une attention de tous les instants. 

    La liberté aime disparaître. Il faut la pister. Il faut trouver l'endroit, la place qui lui permettra le mieux de s'épanouir. Je parle bien évidemment d'un certain état d'esprit ("state of mind" on dit chez les anglais). L'état d'esprit c'est beau comme expression. On dirait la météo d'un ciel intérieur. Bien sûr vivre dans une société restreint d'une certaine manière la liberté mais ne s'épanouit-elle pas mieux entourée par le respect des autres qui la restreint légèrement justement. Finalement cette liberté à laquelle tous tiennent ou devraient tenir n'est-elle pas cette immense capacité à s'émanciper des idées pré-conçues que nous avons tous en tête en se réduisant à son essence elle se pare d'une qualité supplémentaire, la rareté.

    Sentiments, liberté, respect, des mot que l'on peut étudier sans limitation de durée, sa vie entière si l'on veut.

    Elle ressemble à cette expression la liberté d'ailleurs : "si l'on veut", car c'est bien trop souvent "si l"on peut" en réalité.

    Tendre à remplacer la seconde expression par la première consiste souvent à faire d'énormes efforts pour ne pas se laisser entièrement envahir par les devoirs et les obligations de toutes sortes.

    Ecrire permet à beaucoup de personnes de trouver un exutoire peu onéreux, et pas très difficile à entretenir quand on sait un peu si prendre.

    Bien entendu, il faut savoir la défendre cette petite liberté. Les jugements des autres sont souvent inhibant si l'on écoute un peu trop. Le mieux c'est de ne pas trop chercher.

    Ecrire quelques trucs et passer son chemin, comme les sentiments volages (volatiles devrais-je dire plutôt, quelquefois il s'agit seulement de vapeurs) tourner la tête et disparaître au loin. Il n'y a rien dans les mots qui oblige à rechercher la durée de vie d'une sculpture, rien qui doive nécessiter de s'attacher à la durée, non rien.

    Pour moi l'éternité c'est le temps, pas un texte qui s'écrit, pas un mot qui se dit. Le temps représente ce qui nous échappe, ce que nous ne comprenons pas, une notion difficile à appréhender pour un être humain.

    Bien sûr on tente de le circonscrire ce temps. Il a été défini selon quelques lois. Mais le Temps que l'on découvre en physique, ou en astronomie nous échappe autant qu'il nous interroge sur sa réalité.

    Qui est-il vraiment pour nous? Nous est-il si extérieur qu'il faille pour tenter de le définir des volumes et des volumes de philosophie pour croire un jour que l'on pourra mieux le comprendre, mieux l'envisager, mieux le connaître.

    J'aime bien penser que l'éternité et le temps sont la même chose. J'aime bien cette correspondance de sens. Cet effet-miroir entre deux mots qui m'ont toujours paru si proches, au point parfois de les confondre dans l'obscurité d'un essai de poésie. Parce que le premier, toujours pour moi, renvoie au second et réciproquement. Et qu'il me serait bien difficile de penser à les différencier. Cela ne me ferait certainement pas plaisir. Et je ne suis pas certaine qu'en réalité faire ce genre de chose (sortir les mots de leur gangue d'inconscience) me serait bien utile.

    Je ne l'ai jamais pensé. Un professeur demanderait à un élève de clarifier, de séparer justement et de préciser des notions ou des sens qui sont proches mais dont on doit définir les différences.
    Quand on écrit pour son plaisir, et que souvent pour s'amuser on s’intéresse aux interférences entre les mots, aux confusions de sens, que de ses confusions on tire des fils "marrants", "différents", "bancales", bizarres, ou juste trop légers pour être remarqué, que l'on cherche à trouver des résonances (non pas uniques, qui frappent l'esprit par leur clarté ou leur fluidité mais plutôt l'inverse : que l'on cherche à tirer de la confusion, de la bizarrerie 
    ajoutées au déséquilibre, un sens et que ce sens finisse par entrer dans une construction qui parviendra à transmettre la sensation, le sentiment ou l'idée que l'on cherche, on n'a pas envie de s’embarrasser avec le vrai sens, le sens premier, le sens utile pour converser, le sens enfin que l'on connait déjà.

     Exit.

     

     

     

     

  • Wise...


    crédit photo : moi même


    Wise. Feelings. White. Grey land.

    Wiser enough, to feel this slow movement close to your eyes.

    Wise. Is the name of this girl.

    Shadow her slow look up on your shape before her smile like Red rose fade away.

    I am watching the clear ray of light playing with you on this wise first morning. Playing with light.

    Adoring light. 

    Before we left.

    This ain't the end. Just a few pictures, like words or colours reminding me how clear and sweet is the

    light on the Island.

    Poetry never lives anyone. 

    It keeps pictures for memory,  kept as a treasure, a precious victory.

    The first step through the grey land, giving you a key to open the door that leads you to the next

    treasure. Word after word.

    One step then the next one.

    Like a person or another one. Not the same, but quite similar. But not the same.

    Maybe tallest, lightest, clearest.

    One step then the next.

    A smile floating on the air, keeping an eyes on memory, meeting again each of thoses treasures.

    Across memory.

     

     

     

  • Taire les problèmes les fait-il disparaître?

    Ne pas prévenir les populations concernées par la radioactivité, les protégerait-elles des futures maladies liées aux contaminations régulières et diverses*? 

    http://www.netoyens.info/index.php/contrib/13/08/2014/Les-Nations-Unies-et-le-Japon-dissimulent-l%E2%80%99ampleur-de-la-catastrophe-de-Fukushima


    *Diverses signifiant bien entendu qu'il y a trois principales manières de contaminer un organisme humain par voie interne. (c'est à dire qui rentre directement dans l'organisme)

    Je répète à tout hasard.

    L'ingestion d'aliments contaminés au préalable par leur culture dans un sol contaminé par des poussières radioactives, arrosé par de l'eau contaminée, l'ingestion d'eau contaminée, la fréquentation régulière des poussières radioactives qui sont dans l'air, qui se déposent sur le sol, etc etc et qui pénètrent l'organisme par les voies respiratoires.

    Ceci concerne les populations qui vivent en territoire contaminé.

    Par voie externe évidemment il y a tout ce que votre corps peut recevoir si vous êtes proche d'une source radioactive.


    Et il y a l'irradiation qui survient lorsque les quantités de radionucléides diffusées par la matière radioactive sont très importantes ce qui peut arriver aux travailleurs du nucléaire en cas d'accident nucléaire et qui ne concerne bien entendu que ceux qui peuvent être en contact avec les matières radioactives mais qui elle provoque rapidement des symptômes voire la mort dans les cas plus graves.

    Si je ne connais pas le problème, en suis-je protégée?

    http://www.netoyens.info/index.php/contrib/25/07/2014/personne-ne-devrait-plus-vivre-a-tokyo-un-medecin-japonais-met-en-garde-les-residents-contre-les-radiations 

    A lire les deux derniers articles que je viens de découvrir, il semblerait que pour certains faire de la rétention d'information sur des sujets gravissimes protégerait des maladies.

    Ironie?

    Bien sûr, un peu.

    Mais surtout : incrédulité.

    En France contre l'installation de l'extrême-droite dans le paysage politique français nous avions jusqu'aux environs de 2002, des sortes de solutions bizarres, bien-n-à-nous et qui servent presque-a-rien, du genre la pensée magique (je ne les vois pas, je ne les vois pas, ils n'existent pas) ainsi que la petite phrase qui doit tout sauver, qui ne sauve rien mais qui à une utilité que personne ne peut nier : elle donne bonne conscience et permet à tous d'aller se coucher sans craindre une nuit de cauchemar en mode "la nuit des longs couteaux" ou "le retour des morts vivants".
    Exemple 1 : Le front national ne veut pas le pouvoir. (15 ans d'usage environ)
    Non, non, ils se présentent aux élections pour s'amuser ou bien peut-être pour lutter contre le désœuvrement (si tant est que ces gens n'aient rien à faire de leurs journées ce qui m'étonnerait fortement tout de même) et/ou donner un sens à leur vie?
    Ou bien,

    Exemple 2 : Le front national est un spectre que l'on agite pour obliger la population à voter correct, à savoir droite ou gauche, voire même les obliger à voter tout court. Sous-entendu, l'extrême droite n'existe pas. On la sort de son placard avant chaque élection histoire de faire flipper la populace : allez hop les bourris direction le centre de vote et plus vite que ça! 

    Bref des petites phrases mignonnettes, gentillettes qui rassurent, endorment et gardent les moutons pendant que les choses importantes se négocient ailleurs. 

    Au Japon apparemment on a trouvé encore mieux! Tadam! Dans la gestion de problèmes insolubles dont très certainement on se fout puisque la carrière politique se passe bien, on a été élu, on mange bien, on a chaud. On n'a pas trop de soucis d'impôts bref tout baigne au pays du soleil levant pour ceux qui ont assez d'argent sur leur compte en banque pour se prévoir un petit vol direct pour l'étranger en cas de trop gros soucis/

    Comme on est ennuyé depuis un moment par un tas-de-questions-gênantes relatives à la sécurité des habitants ainsi qu'à la gestion des problèmes liés à la catastrophe nucléaire en cours actuellement sur le territoire japonais et que l'on peine en haut lieu à trouver des solutions autres que provisoires, bancales et/ou (choisir le terme le moins approprié) inefficaces, on vient de se tourner vers la solution miracle d'à peu près tous les gouvernements nuls, inefficaces, populistes et ignorants du monde (si je peux me permettre de loin vu comme ça), on se retranche derrière le mot interdiction qui est celui qui produit une des solutions les plus confortables, celle qui consiste à ne plus rien dire, à ne plus rien vouloir savoir, à ne plus rien vouloir voir et à promulguer des lois qui censurent et qui menacent.
    On ordonne le silence et l'on oblige à la dissolution du mot vérité pour le remplacer par celui plus commode (ou placard pour les intimes) de SILENCE!

    On n'informe plus du tout!

    Et on fait même une loi pour prévenir ceux qui par hasard auraient la mauvaise idée d'essayer qu'ils seraient mieux inspirés d'aller faire le tour du jardin en attendant que ça leur passe plutôt que d'y revenir.

    ICI

    Post Scriptum: 

    Certains, non contents d'avoir laissé s'installer des bombes (ou centrales nucléaires) sur des failles sismiques sur un territoire constamment sujet à des secousses et dans les meilleurs moments à des tremblements de terre continuent à prendre ce territoire pour un laboratoire d'expérimentation à ciel ouvert sur les humains et la radioactivité....

    à venir donc les milles et unes manière d'empoisonner une population, de les regarder mourir à petit feux, de compter les métastases et tous les autres dérèglements du système de santé humain, de faire des comparaisons de résultats d'analyses et de statistiques avec par exemple la population biélorusse...tout en continuant bien entendu à mentir et à désinformer autant que l'on peut sur le sujet en vendant le nucléaire civil comme solution pour vivre dans un monde meilleur avec une énergie à plus bas coût, peuplé de nature merveilleusement propre, douce, sous un ciel parfaitement bleu dans une société si belle etc etc etc (voire propagande habituelle) certes avec deux ou trois grosses centrales ici ou là mais devenue inoffensives et tellement sûres depuis l'EPR génération 3, bref, bref, du cynisme à l'état brut, du grand art de la manipulation et surtout un très grand mépris de l'espèce humaine car il ne faut pas cesser de le répéter la gestion des accidents nucléaires provoqués par les catastrophes naturelle est un casse-tête sans nom. 

    Pour plus de renseignements se reporter à la catastrophe en cours.

    Liens ici concernant certaines des solutions envisagées actuellement par Tepco au Japon, qui ne fonctionnent pas et que l'on abandonnent au fur et à mesure.

     Transfert des éléments de la piscine 4, endommagée et menaçant de s’effondrer.

    Chiffre actuel 1188 sur 1533 au 10 juillet 2014.

     

  • Note.

    Pour vous informer sur ce sujet d'actualité.
    Ce portail rassemble un ensemble de pages, blogs et articles en relation avec Fukushima.

    http://lesveilleursdefukushima.blogspot.fr/p/presentation-des-veilleurs-de-fukushima.html

    Il s'agit de l'un des seuls portails alimenté régulièrement à partir duquel vous pourrez prendre des nouvelles des avancées ou des reculs de la gestion des multiples problèmes qui ont surgi dans la vie de certains Japonais depuis le 11 mars 2011, en dehors de l'actualité brûlante et officielle, via une série de liens qui emmènent vers des témoignages directs, des récits de vie sur place, ou des informations provenant de professionnels de secteurs intéressants pour éclairer les différents problèmes, médecin, physicien ou habitants des zones contaminées.

    Comme celui-ci
    http://www.hilliontchernobyl.com/